contact@devenir-pompier.com www.devenir-pompier.com

Comment devenir pompier pour une femme ?

pompier femme

En dehors de l’altruisme et de la volonté d’aider et de sauver les gens, le métier de sapeur-pompier est très risqué. Dans l’exercice de leur métier, les sapeurs-pompiers sont confrontés à de nombreuses difficultés et à des situations très dangereuses. Pourtant, on retrouve dans ce milieu de nombreuses femmes qui exercent parfaitement leur fonction comme les hommes.

Connaissant la difficulté des tests de sélection des sapeurs-pompiers, comment s’y prennent ces femmes pour figurer parmi les figures masculines ? À travers cet article nous allons vous faire découvrir l’univers des femmes sapeurs-pompiers et comment elles arrivent dans ce milieu. 

La passion à l’origine de toute chose… 

Aujourd’hui encore, beaucoup de personnes s’étonnent de voir des femmes exercer certaines activités. Une conception quelque peu grossière de notre société attribue à la femme les activités légères tandis que les hommes sont qualifiés pour les tâches les plus rudes. Cependant, la tendance semble être renversée si bien qu’on ne distingue plus les « métiers pour hommes ».

Dans le cas particulier des femmes « sapeuses-pompières », on se demande bien d’où leur vient le désir ou la volonté de travailler dans un environnement risqué et majoritairement dominé par le genre masculin. En effet, l’explication la plus plausible à ce choix est que ces dernières sont guidées par leur passion. 

Les nombreuses femmes interrogées avouent avoir toujours rêvé devenir pompières et ont réussi à y arriver en surmontant les épreuves.

D’ailleurs, contrairement à tous les corps habillés, les sapeurs-pompiers sont ceux qui enregistrent le plus de femmes dans leurs effectifs, ce qui prouve réellement cette passion pour le métier. 

Quels sont les critères pour devenir femme sapeuse-pompière ? 

Les critères de sélection pour devenir sapeur-pompier sont connus. Mais contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes, les choses ne sont pas différentes lorsqu’on est femme. La volonté de postuler pour un tel recrutement est un engagement libre ; ceci n’exclut donc pas les candidatures féminines.

Parmi les conditions définies pour être pompier, on distingue le critère d’âge qui est l’un des plus importants. L’intervalle d’âge est de 16 ans au moins et de 60 ans au plus, car, au-delà de cet âge, la candidate n’est plus apte à exercer ce métier. De même, en dessous de ces 16 ans, l’idéal serait de s’engager avec les jeunes sapeurs-pompiers afin d’acquérir les bases et les ficelles de la profession.

En somme pour être officier, la candidate doit forcément avoir au moins 21 ans, telle est la contrainte liée à l’âge pour devenir femme sapeur-pompier. Outre les critères d’âge, les recruteurs s’intéressent également à la situation civique de tout candidat ou candidate souhaitant devenir pompière. Si vous êtes femmes et que vous désirez devenir sapeur-pompier, vous devez être totalement « clean » au regard de la loi.

Cela implique que vous ne devriez nullement avoir fait l’objet d’une quelconque condamnation. C’est donc pour cela que le casier judiciaire est une pièce exigible pour tout candidat, sans distinction de sexe. Par ailleurs, hormis les traits relatifs à la personne même de la candidate, les recruteurs s’intéressent également à sa personnalité.

C’est l’une des étapes cruciales pour mesurer la détermination et la volonté de la candidate à exercer le métier pour lequel elle postule. Ici, ses valeurs et son mode de vie constituent les principaux paramètres qui permettent de justifier la qualité de la personne. Toutefois, toutes ces informations ne suffisent pas encore pour devenir sapeur-pompier, encore faut-il passer par l’étape cruciale des tests d’aptitude. 

Qu’en est-il des tests physiques ? 

C’est surtout ici que l’on se demande comment les femmes se débrouillent pour passer le cap de la sélection. Les activités de secourisme et de sauvetage sur le terrain étant très dangereuses, les candidates sont soumises à des activités sportives au même titre que les hommes. Cela commence donc par une bonne forme physique qui se justifie à partir du rapport poids/taille de la personne concernée.

Ensuite, les candidates pourront faire valoir leurs compétences en participant aux épreuves de course à pied, de grimper, de natation et bien d’autres activités prévues pour l’occasion. Il est important de mentionner qu’il n’y a nullement de laisser-aller dans cette partie de la sélection.

Pourtant, nombreuses sont les femmes qui réussissent facilement ces épreuves physiques et sportives ; parfois bien plus que les hommes. Ceci atteste donc de la volonté farouche d’atteindre l’objectif fixé : celui de devenir sapeur-pompier.

Enfin, il est primordial à tous les candidats de passer les tests médicaux afin de conclure la sélection pour le compte des recruteurs. Toutes les informations sont donc prises en compte afin de ressortir le meilleur de tous les candidats. Fort heureusement, les femmes sont de plus en plus représentées. 

Femmes sapeuses-pompières ou sapeurs-pompiers tout simplement ? 

Dans l’exercice de leur métier, les femmes sapeuses-pompières surmontent aussi bien les difficultés au même titre que les hommes. Elles peuvent occuper tous les postes en fonction de leur niveau et de leur grade ; aucune activité n’exclut donc l’intervention d’une femme sapeur-pompier. Longtemps tenues à l’écart de ce corps de métier, elles cherchent à s’investir encore plus, avec toute la passion et l’énergie qu’il faut.

C’est une lutte parfois silencieuse pour mériter le respect et les appréciations de leurs collègues masculins. D’ailleurs pour cela, elles préfèrent aujourd’hui être simplement appelées « sapeur-pompier » au même titre que les autres. En ajoutant le mot « femmes », c’est une manière de distinguer leur groupe qui n’a pourtant rien à se reprocher.

La volonté et le savoir-faire de ces femmes leur ont permis de devenir des membres à part entière de la communauté des sapeurs-pompiers. Elles occupent une place entière dans l’activité opérationnelle.

Aucun poste n’est exclu : sapeur ou chef de centre, échelier, conductrice, plongeur, responsable d’équipe, moniteur d’incendie, spécialiste des interventions chimiques et radiologiques, etc. Tout ceci pour dire que les femmes sapeur-pompier méritent respect et admiration lorsqu’on connaît les conditions de sélection et la place qu’elles occupent désormais dans ce milieu hautement masculinisé.