contact@devenir-pompier.com www.devenir-pompier.com

Comment se passe une garde de pompier volontaire ?

être de garde

Le métier de pompier est une profession noble, mais à la fois très risquée. Néanmoins, cela n’empêche pas certaines personnes de s’y dévouer corps et âme en exerçant ce métier comme activité principale. On voit bien qu’il s’agit d’une vocation pour le secourisme et le sauvetage des biens et des personnes.

Parallèlement, d’autres personnes, motivées également par la passion, offrent leur temps après leur activité principale pour opérer en tant que pompier volontaire. Il leur faudra donc honorer les gardes de pompier volontaire en plus de l’exercice de leur principale activité.

Comment se déroule une garde de pompier volontaire ? La réponse à cette question constitue la substance de cet article. 

« Être de garde », qu’est-ce que c’est ? 

L’expression « être de garde » signifie généralement que l’employé doit être présent sur son lieu de travail. Cela permet principalement de maintenir du personnel disponible sur les lieux, même en dehors des horaires de travail normaux. C’est une expression qui est plutôt très utilisée dans le domaine hospitalier puisque le personnel y est permanent et très sollicité.

Mais on l’utilise également chez les sapeurs-pompiers pour désigner leur période de travail et de disponibilité. Particulièrement, être de garde chez les sapeurs-pompiers volontaires, trouve son importance puisque dans ce contexte, le travail de secouriste est une activité  secondaire. 

La garde est la période au cours de laquelle le sapeur-pompier volontaire est à la caserne ou au centre de secours. Il s’agit ici des horaires non réglementaires c’est-à-dire la période après les heures de travail normales. C’est au cours de la garde que le sapeur-pompier volontaire est prioritairement sollicité ; il est alors affecté aux missions qui interviennent au cours de cette période.

Puisqu’il est disponible, le pompier peut donc participer immédiatement aux interventions. Toutefois, même s’il n’y a pas de mission à lui assigner, ce dernier reste disponible à la base en attente des ordres de ses supérieurs. En attendant, il peut se consacrer à d’autres tâches à la caserne comme l’entraînement physique avec les équipements de sport, les manœuvres de la garde ou encore l’entretien des matériels et engins utilisés sur le terrain.

Le sapeur-pompier volontaire peut également se consacrer, au besoin, aux tâches administratives et techniques. Mais attention ! Il ne faut surtout pas confondre le terme « être de garde » avec la notion d’astreinte. Cette dernière est la période au cours de laquelle le sapeur-pompier volontaire a l’obligation de rester dans un rayon très restreint de la base sans être forcément disponible en permanence.

Il doit donc demeurer à son domicile ou être en activité sur son secteur d’astreinte (zone d’intervention) afin d’être en mesure d’intervenir le plus rapidement possible en cas d’urgence. 

L’emploi du temps d’un sapeur-pompier volontaire

Le sapeur-pompier volontaire est une personne qui alterne entre son activité principale et le métier de secouriste. Son temps est donc réparti de sorte à répondre efficacement des deux côtés. Pour cela, il doit signer une convention de partenariat qui stipule clairement que ce dernier est pompier volontaire et qu’il devra libérer du temps pendant ses heures de travail afin de se consacrer aux formations parallèles et de répondre aux interventions d’urgence.

Ce contrat le rattache à une base de proximité située dans les environs de son lieu de travail ou de son domicile. En fonction de ses obligations, le sapeur-pompier volontaire effectue des gardes régulières de 12 ou 24 heures pendant le week-end. Son emploi du temps s’étend également sur les jours fériés et les soirs après les heures normales de travail (19 h à 7 h).

Pendant ses heures de travail, le pompier est soit dédié soit à des missions d’interventions ou soit à des occupations moins contraignantes qui lui sont attribuées par ses supérieurs. En gros, son calendrier est très variable, surtout en fonction de son activité principale et des besoins de la base où il travaille.

Le déroulement d’une garde de pompier volontaire 

Une journée dans une caserne vous permettra de mieux apprécier le dur labeur des sapeurs-pompiers volontaires. La principale difficulté réside d’abord dans la disponibilité des effectifs pour les interventions. En effet, nombreux sont les pompiers qui possèdent un double titre ; en plus d’être sapeur-pompier professionnel, ils sont volontaires à leurs heures libres.

C’est ce qui fait que les effectifs sont très réduits pour les gardes. Le fonctionnement d’une caserne est une permanente rotation d’un nombre défini de sapeurs-pompiers. Généralement, il s’agit des gardes de 24 heures. Au cours d’une garde, on observe plusieurs activités qui participent non seulement à l’exercice du métier, mais aussi à la formation des pompiers.

Ainsi, une journée ordinaire dans une base de pompiers commence par la relève de la garde. Elle s’effectue avant 8 h : plus clairement, il s’agit du premier rassemblement de l’équipe remplaçante. Les responsables se transmettent les consignes et ceux qui « descendent » font un compte rendu des opérations de la veille avant de passer à main à la nouvelle équipe.

Cette dernière se réunit donc devant son chef pour recevoir ces informations et les consignes pour la nouvelle journée de garde. La journée commence généralement par une première séance de sport. Les activités qui meublent cette séance sont diverses et varient selon les jours : la course à pied, les exercices de musculation ou encore la natation à la piscine. Quoi qu’il en soit, une équipe reste toujours en veille lors d’une garde de pompier volontaire.

Après cette préparation physique, les sapeurs-pompiers sont désormais prêts pour commencer leur journée de travail. Dès que l’alarme retentit, un ordre de départ est donné afin d’envoyer une équipe pour l’intervention sur le terrain. Dans le jargon des pompiers, les équipes ont peu de temps pour « décaler », c’est-à-dire pour partir en mission.

C’est donc sirènes hurlantes que les camions quittent la base pour se rendre en urgence sur les lieux annoncés. C’est ainsi que les pompiers volontaires alternent les opérations le long de la journée.Par ailleurs, on note également les fréquents rassemblements le long de la garde et plusieurs autres activités telles que la manœuvre, le déjeuner, les séances de sport, la relâche, etc. Au total, la garde de pompier volontaire est très mouvementée que ce soit sur le terrain ou à la caserne.